En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisations. En savoir plus.
La route Zérotracas.mma
Infos, trafic, code de la route, vidéos...
Menu
Les modules
Révisions 
Prévention 
Pros 
Pros au volant, pros du volant ?  
Découvrez le web documentaire de 6 pros sur la route.

 
image/@alt
Les pros en vidéo 
Zérotracas a suivi des pros au volant pour connaître leurs probématiques. Découvrez leur quotidien en vidéo.
 
image/@alt
Dangers et risques de pros 
Découvrez le risque routier pour mieux le prévenir.
 
image/@alt
Equipement scooter 
En scooter, s'équiper, c'est essentiel ! Découvrez comment.
 
image/@alt
Les faux pas, faut pas !  
Déjouez les 5 pièges
qui guettent les piétons.
 
image/@alt
Pédalez n'importe comment, c'est n'importe quoi 
Tentez l'expérience.
 
image/@alt
Permis de la gentillesse 
Passez aujourd'hui votre permis de la gentillesse !
 
image/@alt
Les hommes au volant 
Sur la route, 3 morts
sur 4 sont des hommes.
Pourquoi ?
Donnez votre avis.
 
image/@alt
Formation 125 
8 quiz, 80 questions pour se tester
avant la Formation 125.
 
image/@alt
Code de la route 
4 séries de 20 questions
sur le code de la route
et les réponses commentées.
 
image/@alt
ASSR 1 / ASSR 2 
8 quiz de 20 questions
pour faire le point sur l'ASSR 1 et 2.
 
image/@alt
Panneaux routiers 
Plus de 160 panneaux routiers pour tester vos connaissances !
 
image/@alt
BSR 
3 quiz, 80 questions
pour vous préparer
au Brevet de Sécurité Routière (BSR).
 
image/@alt
Vidéos
Découvrez l'actualité en vidéos
La trottinette électrique 
Un crash-test ça fait quoi ? 
 
Infos
Toute l'actualité sur la route
Plus de 6 conducteurs sur 10 ont déjà vécu un épisode de somnolence au volant 
 
La vitesse maximale abaissée à 80 km/h sur le réseau secondaire 
 
 
Trafic
National
Rhône-Alpes-Auvergne
Est
Nord
Ouest
Sud-ouest
Méditerranée
Ile de France
Retrouvez-nous sur
environnement 
23 février 2015

L'éco-conduite.

Que le baril coûte 50 ou 150 $, le pétrole n’en est pas moins une denrée devenue rare. Il est donc éminemment responsable de l’économiser, pour des raisons économiques et environnementales. Au volant, on peut ajouter l’argument sécuritaire puisqu’il est prouvé qu’une conduite cool réduit le risque et la gravité des accidents. D’ailleurs, un nouvel art du pilotage a récemment vu le jour avec la naissance de l’éco-conduite. Soutenue par le Gouvernement et l’ADEME (Agence de l’Environnement et pour la Maitrise de l’Énergie), plébiscitée par les pétroliers et les constructeurs qui, lors du dernier Mondial de l’auto, organisaient des mini-stages de sensibilisation (voir notre article et les vidéos sur Zérotracas.tv), l’éco-conduite séduit les automobilistes.

Soucieux de votre porte-monnaie, de votre sécurité et de l’avenir de la planète, Zérotracas.com vous détaille les règles (simples) de l’éco-conduite.

Qu’est-ce que l’éco-conduite ?

Le transport demeure l’un des principaux facteurs de la pollution atmosphérique et pèse lourdement sur le budget des ménages. Adopter l’éco-conduite, c’est rouler en souplesse et sereinement, afin de brûler un minimum de carburant et de faire d’une pierre, trois coups. Le Gouvernement résume la situation par un axiome simple : conduire moins vite, c’est moins cher, c’est moins d’accidents et moins de CO2.

Qu’on l’appelle l’éco-conduite en France ou ecodrive dans les pays anglo-saxons, le principe demeure identique. On applique une conduite détendue, dénuée d’accélérations aussi brutales qu’inutiles, et pleine de bon sens ; aussi logique que de fermer les fenêtres de sa maison lorsqu’il fait froid dehors. Les entreprises où l’on roule beaucoup ont bien compris l’intérêt de la démarche : Chronopost va former 1 300 de ses salariés aux joies de l’éco conduite. Et espère faire baisser de 20 % à 25 % sa note de carburant.

Pas de raison que vous aussi, vous n’économisiez pas un quart de votre budget essence, sans compter les pièces d’usure qui souffrent moins si l’on roule moins stressé. Alors, allons y sur les conseils, à commencer par le plus irréfutable : le meilleur moyen de ne pas gaspiller de carburant, c’est encore de marcher ou de faire du vélo pour les petits déplacements, et d’utiliser les transports en commun pour les plus longs.

La voiture et l’entretien.

La voiture est certes un plaisir. Conduire une belle et grosse auto en demeure un pour nombre d’entre vous. Mais posons nous toutefois la question : a t-on besoin d’un 4x4 lorsqu’on habite en ville ? Ou d’une énorme berline lorsqu’on roule seul ? Où d’un bolide alors qu’on ne peut dépasser les 130 km/h ? Le bonus-malus écologique a dopé les ventes de petites voitures en pénalisant les grosses consommatrices. De fait, cette mesure a fait prendre conscience – via le porte-monnaie – à des acheteurs qu’ils avaient intérêt à rouler en fonction de leur besoin. Et d’acheter un véhicule qui y réponde.

Si la cylindrée de la voiture, son gabarit et surtout son poids (halte aux équipements inutiles et lourds) influent évidemment sur la consommation, l’entretien joue aussi un rôle important. Un moteur mal lubrifié, ou, pire, des pneus sous-gonflés, sont des facteurs importants de surconsommation. Signalons que les pneus qui manquent d’air augmentent de 10% la consommation d’essence et, surtout, peuvent d’éclater. Danger ! Donc, on vérifie la pression au moins une fois par mois.

Plus on réduit les frottements de l’air, moins on a besoin d’essence pour avancer. Lorsque vous ne transportez rien de particulier, pensez donc à démonter les porte-vélos, galeries et autres excroissances qui augmentent la résistance à l’air. De la même manière, videz le coffre et l’habitacle des quelques dizaines de kilogrammes d’objets inutiles que vous charriez par habitude. Songez que le gain de poids est un souci majeur des écuries de Formule 1. Apprenons aussi à nos lecteurs fans de tuning que les fantaisies dont ils agrémentent leur véhicule amènent une non-négligeable surconsommation. Cela dit, vu le prix des équipements, il se peut qu’ils s’en moquent.

Conduite en souplesse.

Certains sceptiques dénigrent l’éco-conduite pour la simple raison que ça semble… trop simple ! De fait, en réfléchissant un peu, on peut facilement imaginer l’essentiel des règles à suivre pour rouler plus économique et plus responsable. Pour vous éviter la réflexion, voici les règles, dans l’ordre.

Lorsque vous prenez votre voiture le matin, même s’il fait très froid, inutile de la « faire chauffer » à l’arrêt. Les moteurs modernes (tout comme les pneus, les fluides, l’embrayage…) montent en température en roulant et n’ont plus besoin de cette précaution immobile que nos grands pères appliquent aussi scrupuleusement qu’inutilement.

On démarre donc rapidement, mais pas trop vite, surtout pendant les 5 premiers kilomètres ! Et ce sera pareil pour tous les démarrages : accélérez doucement, sans écraser la pédale de droite (jamais à plus de 3/4), et toujours en première car démarrer en seconde abîme l’embrayage. En revanche, passez rapidement cette vitesse, et les autres rapports à la suite : dès 2 500 tours/mn pour un moteur essence ; 2000 tours/mn pour un diesel. Si vous n’avez pas de compte-tours, faites ça à l’oreille.

Roulez à vitesse constante (en respectant les limitations), au rapport le élevé possible (sans faire brouter le moteur), sans donner d’à-coup, et en conservant une distance de sécurité respectable par rapport à la voiture qui vous précède. Outre qu’elle vous protège, cette distance vous permettra d’anticiper les ralentissements et d’éviter les freinages brutaux. Vous pourrez alors utiliser le frein moteur, qui n’use que peu de carburant puisque c’est l’inertie des roues qui l’entraîne. Dans une descente, faites aussi confiance au frein moteur (vous économiserez sur les plaquettes), et ne roulez jamais au point mort (la voiture pourrait vite devenir incontrôlable) et encore moins en coupant le contact, ce qui couperait également les assistances de direction et de freinage… Avec les conséquences qu’on imagine.

En revanche, quand vous vous arrêtez (pour faire une course, dans un embouteillage ou même à un feu rouge), n’hésitez pas à couper le moteur. Contrairement à leurs glorieux ancêtres, les moteurs modernes n’ont pas besoin d’appeler beaucoup de carburant aux redémarrages. D’ailleurs, de nombreux constructeurs développent des systèmes « d’alterno-démarreur », qui coupent automatiquement la machine au moindre arrêt. Elle repart par une simple accélération.

Pour chiffrer ces comportements, sachez qu’un conduite agressive en ville (démarrages en trombe, slaloms entre les fils, freinages d’urgence…) fait gagner 4 % de temps. Soit, en gros, 2 minutes à l’heure. Mais elle augmente de 37 % la consommation de carburant et multiplie par 5 les émissions de CO2. Le calcul est rapide.

 

Un peu de (mauvaise) fraicheur.

Outre les économies de bon argent, la conduite économique permet aussi d’économiser notre pauvre planète mise à mal par des années d’incurie automobile. Car si les transports jouent un large rôle dans le réchauffement climatique, vouloir rouler au frais accentue encore la montée de la température (et donc des océans, via la fonte des glaciers). La climatisation, fort agréable en saison, est un cauchemar pour la jauge à essence. Il convient donc de l’utiliser avec parcimonie : jamais plus de 5° de différence entre l’intérieur et l’extérieur. Et en ville, ouvrez plutôt la fenêtre. Car si, sur route, une fenêtre réduit le coefficient de pénétration dans l’air de la voiture, la surconsommation engendrée (de l’ordre de 5 %) n’est rien au regard d’une clim’, qui peut augmenter le débit d’essence de 20 %. En plus, la climatisation mal réglée, ça rend malade !

 

Conclusion.

En respectant ces préceptes et en oubliant la stupide agressivité au volant, un rouleur moyen économise entre 200 et 300 € par an. Ce n’est déjà pas mal. Il réduit également de 10-15 % les risques d’accidents. Et si l’on supprime un accident sur 10, il n’en reste plus que neuf ! Enfin, comportement social, l’éco-conduite vous inclue dans le trafic et l’humanité en mouvement, de façon responsable et citoyenne. Elle vous permet d’intégrer cette belle communauté qui pense que le respect des autres prévaut sur l’égoïsme, au volant comme ailleurs. Nous ne pouvons affirmer que l’éco-conduite sauvera le monde, mais elle ne peut pas lui faire de mal.

Bon. Pour finir cette leçon de morale sur une note rigolote, ce lien vous conduit à de petites vidéos sur l’éco-conduite. Et comme elles viennent du Québec, où l’on veut éviter « d’empirer le smog » lorsqu’on « magazine pour un char », elles contiennent quelques charmantes petites perles de nos Cousins d’Amérique. Que l’on salue.
Roulez cool.

Sur le même thème
 
Afficher plus d'articles
Sondage
16/08/2018
Sur la route des vacances, conduisez-vous plus de 2 heures sans faire de pause ?
je vote
NUMÉROS | Suite à l'effondrement du pont de Gênes : Proches victimes ou signaler disparus 0039 01 05 36 06 54 / 0039 01 05 36 06 37 (Préfecture de Gênes) ... ITALIE | Suite à l'effondrement Pont Morandi à Gênes en Italie, l'A10 est fermée sur le tronçon Gênes-Savone entre jonction A7 et l'aéroport. Évitez l'A10 en Italie (axe littoral dans le prolongement de l'A8 en France) ...