La route Zérotracas
26 juillet 2017
deux-roues 
équipement 

Focus sur les airbags moto

L’airbag moto permet de protéger le corps du pilote en cas de chute ou collision de la moto.

Pourquoi opter pour un airbag moto ?

A moto, les blessures les plus fréquentes concernent les membres inférieurs (63 % des lésions) mais les plus graves sont localisées principalement sur le haut du corps (50 % au thorax, 44 % à la tête, 11 % à l’abdomen et 10 % à la colonne vertébrale). Si le casque protège la tête en cas de chute du motard, l’airbag moto lui protège le haut du corps.

Comment fonctionne l’airbag ?

En cas de choc, un dispositif mécanique ou électronique déclenche une cartouche de gaz qui va gonfler le coussin situé dans le vêtement du motard. Celui-ci va absorber une partie de l’énergie transmise lors de l’impact. L’airbag protège alors le corps du pilote et limite les risques de blessures graves.

Quelles sont les différentes technologies ?

· L’airbag filaire à déclenchement mécanique

Il s’agit des airbags les moins chers. Lors de l’éjection du pilote, un système mécanique perce la cartouche de CO2 qui est reliée par un câble à la moto.

Ce type d’airbag présente toutefois quelques inconvénients : il faut faire attention à bien placer le câble sinon le système peut ne pas fonctionner. De plus, l’airbag se déclenche seulement lorsque le pilote est éjecté de la moto. Enfin la montée en pression est lente. L’avantage est qu’il ne demande aucune révision.

· L’airbag électronique à capteurs

Grâce à des capteurs placés sur la moto, un calculateur est alerté du choc via une liaison radio sécurisée. Celui-ci perfore alors la cartouche d’argon ou d’hélium. L’avantage est son temps de réaction court en raison des cartouches de gaz froids, de percuteurs pyrotechniques et de l’intervention du gonflage dès le choc sur la moto.

Deux modèles existent : l’airbag Bering Protect’Air (18l , protège 80 ms après le choc) et le Dainese D Air Street (12l, efficace 45 ms après le choc). Ils ont tous les deux 5 étoiles au classement SRA.

· L’airbag autonome

Grâce à des accéléromètres, une centrale électronique placée dans le vêtement mesure constamment les mouvements du pilote. En cas de choc ou de perte de contrôle, celle-ci transperce les cartouches. Le temps de détection est de 20 ms. Les systèmes Dainese et Alpinestars qui emploient des gaz froids ont des temps de gonflage réduits. Celui du Airbag Connect est plus long (140 ms, temps de détection compris) en raison du CO2. Une révision est toutefois nécessaire.

Quels sont les modèles ?

On compte une trentaine de modèles d’airbags moto sous différentes formes : gilets, blouson, veste, combinaison de piste. Les prix allant de 380 € à 4000 € varient en fonction du niveau de protection (cervicales uniquement, protection jusqu’au coccyx...) et des technologies utilisées.

Seul bémol, plus l’airbag sera enveloppant, plus il sera long à gonfler. Or, pour qu’un airbag de moto soit efficace, il faut que sa protection soit effective dans les 100 ms après le choc. On considère qu’il est excellent s’il protège dans les 80 ms.


Un dossier CESVI FRANCEpour Zérotracas.mma – Juillet 2017
Sur le même thème
 
Afficher plus d'articles
ZEROTRACAS ALERTE TRAFIC ••• MESURES | Procès des attentats de 2015, mesures sur l'Ile de la Cité à Paris et difficultés aux abords