La route Zérotracas
06 avril 2018
voiture 
innovation 

Les voitures de demain seront capables de communiquer entre-elles

Pour la première fois en Europe, le groupe PSA et Qualcomm testent la communication entre véhicules grâce à la technologie C-V2X
C’est à l’occasion du salon international dédié aux mobilités numériques inOut qui s’est déroulé à Rennes en mars dernier, que le groupe PSA et son partenaire Qualcomm ont présenté la toute première démonstration en France de voitures capables de communiquer entre elles grâce à la technologie C-V2X.

En quoi consiste cette technologie ?

Pour que les véhicules de demain puissent communiquer entre eux, le constructeur a équipés ses voitures tests d’un modem cellulaire C-V2X (Cellular Vehicle-to-Everything) développé par la société Qualcomm. Cette technologie permet l’échange d’informations en temps réel dans un rayon d’un kilomètre de manière indépendante et gratuite entre les autres véhicules mais aussi avec les infrastructures routières. Ces informations ne circulent pas par le réseau des opérateurs classique mais par le biais du réseau spécifique dédié aux systèmes de transports intelligents (STI).

Utilisation en situation réelle

La voiture repère les dangers potentiels avant que les conducteurs ne puissent les voir. De ce fait, si un véhicule ralentit ou freine brusquement, le véhicule se trouvant derrière (dans un périmètre d’un kilomètre) reçoit un message d’alerte lui indiquant le type de danger. Ainsi, risque de collision, obstacle, piétons ou encore véhicule à l’arrêt, la technologie C-V2X permet à l’automobiliste d’être informé le plus rapidement possible des dangers détectés par celle-ci et agir en conséquence.

Des premiers essais ont été menés en février 2017 sur les voitures de la marque, mais les deux groupes espèrent pouvoir déployer la technologie C-V2X à partir de 2020 et sur le marché chinois en premier lieu.

Crédit photo : © Groupe PSA Direction de la communication

 

Sur le même thème
 
Afficher plus d'articles
ZEROTRACAS ALERTE TRAFIC ••• MESURES | Procès des attentats de 2015, mesures sur l'Ile de la Cité à Paris et difficultés aux abords