La route Zérotracas
03 mai 2018
médecins
voiture 
santé 

Les médecins estiment avoir un rôle à jouer dans la sécurité routière

Selon une étude, 77 % des professionnels de santé pensent qu’ils ont un rôle à jouer dans la prévention routière.
Avec l’arrivée des beaux jours, beaucoup de conducteurs prennent des médicaments antihistaminiques contre les allergies au pollen. Or, la prise de médicaments, notamment ceux contre les allergies peut entraîner des effets indésirables et provoquer de la somnolence. Ils doivent donc être pris avec précaution avant de prendre le volant. Pour rappel, la somnolence au volant est responsable d’un accident mortel sur trois sur autoroute.

Etant donné que certains de ces médicaments sont prescrits par les médecins, l'association Prévention routière et la MACSF ont interrogé les professionnels de santé pour connaître leur rôle en matière de prévention routière. D’après l’étude, 77 % d’entre eux estiment qu’ils ont un rôle spécifique à jouer pour aider leurs patients à rouler en sécurité. Ainsi, 94 % des praticiens alertent les patients dont la pathologie ou le traitement peut altérer les facultés à conduire, sur les risques de la conduite automobile.

Pour la majorité d’entre eux, il est légitime d’informer les patients sur la nécessité d’adapter leur conduite à leurs capacités (93 %). Cependant, près de la moitié des professionnels de santé aimeraient être mieux informés (45 %) et formés sur la sécurité routière (54 %).

En revanche, seulement 42 % d’entre eux sont conscients que leur responsabilité peut être engagée si un accident est causé par l’un de leurs patients dont le traitement peut altérer la capacité de conduite. Par ailleurs, ils ne se sentent pas légitimes pour interdire définitivement leurs patients de conduire (71 %). Selon eux, ils ont plutôt un rôle de conseil et de prévention.

Pour savoir si vous pouvez prendre la route sans danger alors que vous êtes sous médicaments, regardez systématiquement si un pictogramme spécifique est présent sur la boîte. Classés selon le niveau de risque du médicament (3 niveaux), les pictogrammes vous indiquent si vous pouvez conduire.


Source
: Etude MACSF et Association Prévention routière « L’APR et la MACSF sensibilisent les professionnels de santé sur les risques de la conduite pour les patients ».


infographie médecins



Sur le même thème
 
Afficher plus d'articles
ZEROTRACAS ALERTE TRAFIC ••• TENDANCE | Les régionaux pourraient rejoindre les stations, ouverture ce week-end de Tignes, Val d'Isère, 2 Alpes, Puy St Vincent ••• MESURES | Procès des attentats de 2015, mesures sur l'Ile de la Cité à Paris et difficultés aux abords