La route Zérotracas
30 novembre 1999
voiture 
événement 

Gilles de Robien et Rémy Heitz en direct

Allumage des feux de jour, radars automatiques, limitation de vitesse, permis probatoire... Gilles de Robien, ministre de l'Equipement et Rémy Heitz, délégué interministériel à la Sécurité routière ont répondu en direct aux questions des internautes sur www.forum.gouv.fr le mardi 22 février 2005.

Zérotracas.com a sélectionné les questions / réponses les plus intéressantes :

Jbs racing : Où va l'argent des radars fixes ? C'est plus une tirelire pour l'État que de la répression, puisqu'il faut payer avant de pouvoir demander des explications sur un avis de PV des radars fixes automatiques.
Gilles de Robien : Non, vous n'avez pas raison. Ne croyez pas que ce soit une tirelire. La pose des radars en 2004 a coûté 80 millions d'euros. Cela en a rapporté 85 ou 90 millions. Il y aura un petit solde positif en 2005, et c'est justement lui qui sera destiné à financer le permis de conduire pour les jeunes. Donc les radars ne financent que la sécurité routière. 

Giloutoudou : Malgré les améliorations constatées, deux infractions graves ne s'améliorent pas : le respect des feux rouges et le portable au volant. Pour les feux rouges, pourquoi ne pas avoir  augmenté les sanctions contre les feux rouges grillés (qui pourrait être considéré comme une circonstance aggravante au même titre que les grands excès de vitesses et l'alcool), est-ce prévu ?
Gilles de Robien : Tout à l'heure on nous reprochait de faire trop de répression, et là, on nous propose de l'augmenter. J'ai déjà dit qu'il y aurait des radars pour que les infractions aux feux rouges soient relevées et sanctionnées, c'est déjà une réponse. La sanction est déjà lourde : 4 points de retrait sur le permis de conduire.

Trevb : Je ne comprends pas bien le système de permis à points.
Gilles de Robien : Quand on passe son permis de conduire, la première fois, on obtient 6 points. Si on n'a pas commis de faute grave, au bout de trois ans, on passe à 12 points. Ce permis probatoire de 3 ans peut être ramené à 2 ans si on a fait la conduite accompagnée avant de passer son permis.
Rémy Heitz : Ensuite, si on commet des infractions, on perd des points. En revanche, ce capital peut se reconstituer si on ne commet aucune infraction pendant trois ans. Pour récupérer des points, on peut aussi effectuer un stage. Quoi qu'il en soit, on est toujours informé quand on perd un point. Si on n'a plus de points du tout, on doit restituer son permis de conduire.

Erwan : On focalise la sécurité sur la vitesse et l'alcool, on oublie le reste comme le port de la ceinture, l'oubli des clignotants, les changements de file sans clignotants ni regard dans le rétro... Comptez-vous sanctionner ces comportements dangereux ?
Gilles de Robien : Je rappelle qu'il y a des sanctions pour le non-port de ceinture de sécurité. Le portable au volant, c'est sanctionnable aussi. La hauteur des sanctions dépend de la gravité de la faute.
Rémy Heitz : Parmi les facteurs les plus graves d'accidents, il y a la vitesse (1 accident mortel sur 2), l'alcool (1 accident mortel sur 3), et le non port de ceinture (1 accident mortel sur 5). Il y a bien sûr d'autres infractions, mais il faut cibler l'effort des forces de l'ordre sur ce qui permet d'éviter le plus d'accidents.
Gilles de Robien : Presque à chaque fois qu'il y a un accident, il y a une faute humaine à l'origine. Si chacun contrôlait mieux sa conduite et respectait le code de la route, il n'y aurait plus de morts sur les routes.

Aloun : Où en est-on sur les contrôles de drogue au volant ? Des moyens de contrôle fiables existent-ils ?
Rémy Heitz : Aujourd'hui, nous avons des tests urinaires, et ça rend les contrôles difficiles à mettre en oeuvre. Nous travaillons aujourd'hui sur l'homologation de tests salivaires, qui ne sont pas encore tout à fait fiables. Demain, très vite, ils pourront être utilisés, et nous pourrons faire davantage de dépistages qu'aujourd'hui.

Fred : A quand une formation routière obligatoire pour tous les scooters ?
Rémy Heitz : Il y a deux types de scooters. Pour les cyclomoteurs de moins de 50 cm3, il faut avoir le BSR (Brevet de sécurité routière), qui inclut maintenant 5 heures de pratique. Au-delà de 50 cm3, il faut un permis A, sauf si on a le permis voiture et deux ans de pratique. C'est une équivalence automatique. On va peut-être prévoir un petit stage de prise en mains pour que les gens évitent de tomber dès le début, ne sachant pas conduire un scooter. Les vendeurs de scooters disent que c'est souvent dans les premiers 100 kilomètres qu'ils revoient les scooters à réparer.

Sur le même thème
 
Afficher plus d'articles
ZEROTRACAS ALERTE TRAFIC ••• QUELLES COULEURS ? | Le fameux chassé croisé de l'été avec des départs étalés sur 4 jours et un samedi noir mais peu de rouge, limité géographiquement au sud-est