La route Zérotracas
30 novembre 1999
voiture 
environnement 

Roulez propre : c'est l'Etat qui paye

Le prix de l’essence augmente, alors l’Etat veut encourager l'achat de « voitures propres » !

Logique lorsqu’on sait que rouler propre est beaucoup plus onéreux au moment de l’achat du véhicule.

Actuellement, l'achat d'un «véhicule propre» permet de bénéficier d'un crédit d'impôt de 1 525 euros, porté à 2 300 euros en cas de reprise pour destruction d'un véhicule de plus de douze ans. Dès l'année prochaine, le crédit d'impôt doit être porté à 2 000 euros (hors reprise d'un véhicule ancien).

Pour l’Etat, entre dans la catégorie un véhicule «roulant exclusivement ou non au GPL, GNV ou à l'électricité».

Le GNV, c’est le gaz naturel de ville, celui utilisé par les particuliers pour se chauffer ou cuisiner.

Le GPL, c’est le gaz de pétrole liquéfié. Le parc disponible est plus étendu que le GNV, mais le manque de stations-service est un problème.

Les véhicules électriques sont souvent dotés d'un moteur hybride, mi-électrique mi-essence (ou mi-diesel). Principalement connus grâce à leur star : la Toyota Prius. Plus cher d’environ 4000 euros à l’achat, le véhicule roule en mode électrique puis en mode essence dès qu’une franche accélération est nécessaire.

Autre projet : le ministre de l'Ecologie veut mettre en place un «malus» pour les voitures polluantes. La carte grise serait majorée pour les voitures neuves très polluantes, c'est-à-dire qui émettent plus de 200 grammes de CO2 par kilomètre.

Zérotracas.com Novembre 2005

Sur le même thème
 
Afficher plus d'articles
ZEROTRACAS ALERTE TRAFIC ••• MESURES | Procès des attentats de 2015, mesures sur l'Ile de la Cité à Paris et difficultés aux abords