La route Zérotracas
09 janvier 2019
Les changements sur la route pour 2019
voiture 
législation 

Les changements sur la route pour 2019

Prime à la casse, aides au transports, contrôle technique… Zérotracas revient sur les évolutions à venir en 2019 pour les usagers de la route.
La prime à la conversion

La prime à la conversion est reconduite pour cette année afin de remplacer le parc automobile vieillissant et polluant. Les personnes non imposables qui roulent plus de 60 km pour aller travailler bénéficieront d’une aide financière pour acheter un véhicule moins polluant de 4 000 €. Si l’achat est électrique, la prime sera de 5 000 €.

Indemnité kilométrique

Les automobilistes qui roulent en petite cylindrée seront majorés s’ils font beaucoup de kilomètres. Ils pourront déduire directement des impôts les frais pour les personnes imposables.

Aide au transport

Des facilités pour accéder aux transports en commun seront mises en place par les collectivités. Les personnes habitant à plus de 20 kilomètres de leur travail pourront en bénéficier.

Contrôle technique

En principe, un nouveau contrôle technique sera mis en place en juillet prochain. Ii sera plus sévère envers les véhicules les plus polluants.

Une formation pour le permis probatoire

Depuis le 1er janvier, les conducteurs novices ont la possibilité de réduire la durée du permis probatoire sous réserve de suivre une formation de 7h dans une auto-école certifiée. La formation doit être réalisée entre 6 mois et 1 an après l’obtention du permis de conduire. Après cette formation, le permis probatoire passe de 3 à 2 ans pour les permis traditionnels, et de 2 ans à 1 an et demi pour ceux avec conduite accompagnée.

Le malus

Le barème du malus sera moins sévère passant de 120 à 117 g/km dès 123 g/km. Les montants de la taxe seront à gramme équivalent moins élevés.

Les véhicules non assurés punis

La police et la gendarmerie ont désormais accès au fichier des véhicules assurés. Ils pourront contrôler le conducteur pour savoir s’il est bien assuré.

Ethylotest anti-démarrage généralisé

Le système précédemment testé dans quelques régions est nationalisé. Les préfets peuvent à présent obliger des conducteurs contrôlés avec une alcoolémie positive à installer un éthylotest anti-démarrage pendant 6 mois maximum. En contrepartie, le conducteur n’aura pas son permis suspendu.
Sur le même thème
 
Afficher plus d'articles
ZEROTRACAS ALERTE TRAFIC ••• MESURES | Procès des attentats de 2015, mesures sur l'Ile de la Cité à Paris et difficultés aux abords