La route Zérotracas
10 avril 2012
voiture 
événement 

Le permis au coeur de la campagne présidentielle

Le permis de conduire est aujourd'hui un document au coût élevé, difficle à obtenir mais indispensable au quotidien pour bon nombre de français.

Il est d'ailleurs décrit par la Sécurité routière comme "un véritale passeport de l'insertion professionnelle et sociale, notamment pour les jeunes".


C'est pourquoi, une volée de propositions ont fait l'objet de toutes les conversations dans la campagne présidentielle ce week-end. En effet, les détenteurs du précieux papier rose sont plus de 40 millions en France. Chaque année, sur les 1,5 million de candidats à l'examen, plus de 920 000 nouveaux documents sont délivrés dont 750 000 du permis B (http://www.permisdeconduire.gouv.fr/). Un important vivier électoral, à ne pas négliger.

fotolia_36512307_xs

L'actuel président et candidat, Nicolas Sarkozy, propose de rendre l'examen moins long et moins cher. Il souhaite que les auto-écoles se déplacent dans les lycées afin d'apprendre le code de la route aux jeunes. L'examen officiel serait alors organisé dans les lycées, avec l'idée de permettre aux étudiants de quitter l'école avec le code en poche.

François Hollande propose de son côté de créer une aide financière (sous forme de forfait) pour les jeunes qui effectuerait un service civique.
Le coût moyen pour obtenir le précieux sésame est entre 1 500 et 2 000 euros, selon Vincent Julé-Parade de l'association Victimes et Citoyens contre l'insécurité routière. En cas d'échec (dans 40% des cas), l'heure supplémentaire se chiffre entre 30 et 50 euros, avec des frais de réinsciptions dépassant souvent les 150 euros.

Jean-Luc Mélenchon est plus favorable à la gratuité immédiate de l'apprentissage de la conduite, selon son directeur de campagne, François Delapierre.

Quant à la candidate du Front National, Marine Le Pen, elle promet d'abolir le permis à point, symbole, selon elle, d'une "chasse à l'automobiliste et aux Français qui utilisent leur véhicule pour travailler".

Nathalie Arthaud, rejoignant certains candidats, propose que le permis de conduire soit gratuit et intégré à la scolarité. "Dans les grandes villes comme Paris, où il y a beaucoup de transports en commun, les jeunes le ressentent moins, mais partout ailleurs c'est indispensable pour pouvoir être autonome. Pour pouvoir prendre le boulot à 6 heures du matin et en sortir le soir", souligne t'elle.
Sur le même thème
 
Afficher plus d'articles
ZEROTRACAS ALERTE TRAFIC ••• COVID-19 | Le couvre-feu à 19h est maintenu jusqu'au 18 mai, le 19 mai il sera actif à partir de 21h ••• COVID-19 | Le déconfinement en quatre étapes jusqu'au 30 juin, les mesures et les impacts probables sur le trafic routier