La route Zérotracas
07 janvier 2013
voiture 
équipement 

Des équipements policiers qui laissent à désirer

Dans le Morbihan (56), les motards de la police râlent contre la mauvaise qualité de leurs casques.

Au début, seulement écaillés, les supérieurs ont répondu que cela ne nuisait pas à la sécurité. Cependant, les coques deviennent à présent cassantes et ne protègent donc plus en cas de choc. Les visières, usées par les intempéries, n'offrent qu'une visibilité minimum. Les mousses, trop tassées et de mauvaise qualité, ne permettent plus un maintien normal.

Les motards bretons ont tout fait pour que la situation change. Ils ont notamment écrit une lettre au préfet du service général administratif de la police de la zone Ouest et au préfet du Morbihan. Lors d'une visite de Manuel Valls à Lorient, ils ont même reçu un conseiller du ministère de l'Intérieur pour lui expliquer leur problème. Sans succès.

Au fil du temps, les casques sont devenus inutilisables. Face au réel danger que représente cet équipement mal adapté, ces derniers ont exercé leur "droit de retrait". C'est-à-dire que les salariés confrontés à un danger grave et imminent pour leur vie ou leur santé, arrêtent leur travail et, si nécessaire, quittent les lieux pour se mettre en sécurité. Ils utilisent désormais la voiture pour effectuer leurs missions.

Depuis, dix nouveaux casques seront livrés la semaine du 7 janvier 2013 aux motards. Selon David Myard, directeur de cabinet du préfet du Morbihan, "un casque coûte de 1 000 à 1 400 euros mais il ne s'agit pas d'un problème budgétaire". "Il y a eu un léger décalage dans le renouvellement des casques".

Sur le même thème
 
Afficher plus d'articles
ZEROTRACAS ALERTE TRAFIC ••• QUELLES COULEURS ? | Un week-end coloré avec toujours un samedi qui se démarque du rouge pour les départs et orange retours, un dimanche encore chargé sur le sud-est