La route Zérotracas
25 juin 2013
voiture 
santé 

Faut-il contrôler la conduite des seniors ?

Une proposition de loi a été déposée par le sénateur Yves Détraigne (UDI, Marne) "visant à instituer une évaluation médicale à la conduite pour les conducteurs de 70 ans et plus". Une proposition rejetée le 5 juin 2013, car jugée "discriminatoire".
Cependant, de nombreux pays en Europe comme le Royaume-Uni, les Pays-Bas ou encore l'Espagne imposent un examen médical à compter d'un certain âge. Cela pousse à ouvrir le débat et à se poser la question suivante : faut-il contrôler la conduite des seniors ? Zérotracas vous apporte quelques éléments de réponses.

En ce qui concerne l'aptitude à la conduite de cette catégorie d'usagers (de 65 à 74 ans et de 75 et plus), les assureurs constatent qu'ils n'ont pas plus d'accidents que le reste de la population. En effet, lorsque les personnes âgées se sentent confrontées à des pertes d'aptitudes, elles évitent les situations difficiles et ne prennent pas le volant. Elles évitent donc de conduire à des heures à risques telles que la nuit, les jours de pluie ou encore aux heures de pointes (selon un rapport datant de 2001 de l'OCDE intitulé "Vieillissement et transports, concilier mobilier et sécurité").

En revanche, l'Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière, dans son bilan de 2011, précise que les conducteurs plus âgés sont plus souvent responsables d'accidents. Leur responsabilité (66%) arrive juste derrière celle des jeunes de 18-24 ans (69%) lors de l'implication dans un accident mortel.

Aujourd'hui, si les proches de la personne estiment qu'elle peut avoir des difficultés à conduire, ils peuvent écrire au service des permis de conduire de la préfecture, qui lui fera passer une visite médicale auprès d'un médecin agréé. Si ce dernier ne l'estime plus apte à prendre la route, il peut alors recommander au préfet une suspension temporaire ou définitive de son permis.

Mais cette initiative est rare, car les enfants ou la famille n'ont pas souvent le courage d'empêcher leurs parents de conduire s'il n'y a pas d'obligation médicale. En effet, certaines personnes, privées de leur permis de conduire, pourraient se retrouver coupées du monde si elles n'ont plus la possibilité de se déplacer en voiture.
Sur le même thème
 
Afficher plus d'articles
ZEROTRACAS ALERTE TRAFIC ••• MESURES | Procès des attentats de 2015, mesures sur l'Ile de la Cité à Paris et difficultés aux abords