La route Zérotracas
16 juillet 2013
voiture 
distracteurs 

Les dangers du kit mains-libres au volant

Les téléphones portables se modernisent et il est aujourd'hui possible de communiquer sur Facebook au volant de sa voiture.
Une distraction non négligeable pour le conducteur, selon une étude de l'Association américaine des automobilistes (AAA), qui a pour objectif de mettre en garde contre l'utilisation grandissante de ces nouvelles technologies au volant.

Le développement de la sécurité dans les véhicules, à l'aide de systèmes de communication en mains libres, pourraient avoir des conséquences inattendues. En effet, ceux-ci surchargent la capacité de concentration de l'automobiliste et augmentent ainsi le risque d'accident. L'auteur de l'étude, David Strayer, psychologue de l'université de l'Utah, a évalué le niveau de distraction mentale suite à des activités courantes telles que écouter un livre audio, parler à quelqu'un au téléphone ou répondre à un e-mail via une commande vocale.

L'activité cérébrale, les mouvements de tête et des yeux des conducteurs ont été analysés à l'aide de caméras et d'électroencéphalogrammes pour calculer leur temps de réaction face à des signaux lumineux placés dans leur champ de vision. Le protocole de recherche utilisé est le même que pour les avions. Ecouter la radio est ainsi classé en catégorie 1 et fait encourir un risque minimal. Parler avec un kit mains-libres, en revanche, est classé en catégorie 2 (risque modéré) et répondre à un e-mail à l'aide de la commande vocale en catégorie 3 (risque considérable).

Une technologie qui créer, au final, un faux sentiment de sécurité car le conducteur est moins attentif et omet des signaux visuels tels que le feux stop des voitures de devant ou les piétons.
Sur le même thème
 
Afficher plus d'articles
ZEROTRACAS ALERTE TRAFIC ••• TENDANCE | Les régionaux pourraient rejoindre les stations, ouverture ce week-end de Tignes, Val d'Isère, 2 Alpes, Puy St Vincent ••• MESURES | Procès des attentats de 2015, mesures sur l'Ile de la Cité à Paris et difficultés aux abords