La route Zérotracas
05 novembre 2014
voiture 
santé 
comportement 

Médicaments : Attention danger sur la route

La prise de médicament avant de conduire, même sans ordonnance peut avoir des effets dangereux sur la conduite. Ainsi, près de 3 % des accidents de la route seraient liés aux médicaments. Zérotracas.com de MMA vous en dit plus sur le sujet.
Faites attention si vous prenez la route et que vous avez récemment consommé des médicaments. En effet, la prise de médicament n’est pas sans conséquence sur la conduite et peut s‘avérer très dangereuse.

3 % des accidents sont liés à la prise de médicaments

Selon une étude réalisée auprès de plus de 70 000 conducteurs impliqués dans un accident corporel entre 2005 et 2008, la prise de médicaments de niveau 2 et 3 augmente le risque d’être responsable d’un accident. D’autre part, plus le nombre de médicaments consommés de niveau 2 et 3 est important, plus le risque d’accidents est élevé. Au total, ce sont tout de même 3 % des accidents de la route qui sont dus à la prise de médicaments par les conducteurs.

Des pictogrammes en fonction du niveau de danger

Si vous avez consommé des médicaments, veillez d’abord à regarder attentivement les boites de médicaments en question avant de prendre le volant. Si un pictogramme y figure, cela signifie que le médicament présente un risque pour la conduite.

Les médicaments qui représentent un risque pour la conduite sont classés en trois catégories :
      

Niveau 1 :

Risque sur la conduite plutôt faible qui dépend de la sensibilité de l’individu.
La consultation de la notice est nécessaire.





Niveau 2 :

Risque important sur la conduite.
La consultation d’un médecin est nécessaire pour savoir si la prise du médicament et l’état de l’individu sont compatibles avec la conduite.



Niveau 3 :

La conduite est strictement déconseillée et la consultation d’un médecin est nécessaire pour la reprise de la conduite.




Le risque majeur provient des médicaments de niveau 2 et 3, il s’agit le plus souvent d’anxiolytiques, d’hypnotiques, d’antiépileptiques et des antidépresseurs.

Les effets des médicaments sur la conduite

Les médicaments sédatifs peuvent entraîner une somnolence et ralentir les réflexes. Un conducteur qui a ingéré un médicament sédatif à un risque d’accident 2 à 5 fois plus important. D’autres médicaments peuvent générer une euphorie rendant le conducteur moins conscient du danger et donc plus enclin à prendre des risques.

Certains médicaments peuvent altérer la vue, donner des vertiges, vous rendre agité…Frédérique Barbizet, pharmacienne, rappelle que de nombreux médicaments plutôt communs et en libre-service, peuvent altérer la vigilance des individus.

Des médicaments en surdosage s’ils sont associés

Frédérique Barbizet évoque la possibilité de subir un surdosage ou un sous-dosage de médicaments lors de la prise simultanée d’un médicament avec certains produits.

« L’alcool…les drogues…mais aussi par exemple le jus de pamplemousse, le jus d’orange ou la compote va pouvoir altérer l’absorption ou l’élimination d’un médicament… Tout ce qui est pris en même temps qu’un médicament c’est un risque. C’est pour ça qu’on recommande de toujours avaler un médicament avec de l’eau et strictement de l’eau… » dit-elle.

Durée des effets des médicaments sur la conduite

Les effets des médicaments qui peuvent altérer la conduite peuvent durer de quelques heures à plusieurs jours (c’est le cas des antidépresseurs). Frédérique Barbizet rappelle donc qu’il est primordial de consulter un professionnel de santé après un traitement avant de reprendre le volant.

Découvrez notre reportage vidéo sur le sujet :




Sur le même thème
 
Afficher plus d'articles
ZEROTRACAS ALERTE TRAFIC ••• AVANT-GOÛT | Prochain week-end peu coloré sauf vendredi, surtout pour Paris rouge, le temps ne sera pas de la partie avec pluies et vent ••• MESURES | Procès des attentats de 2015, mesures sur l'Ile de la Cité à Paris et difficultés aux abords