La route Zérotracas
19 janvier 2015
voiture 
innovation 

Le freinage autonome d’urgence ou AEB

Présent sur 1 voiture neuve sur 4 le freinage autonome d’urgence ou AEB (Autonomous Emergency Braking) est une véritable avancée pour la sécurité routière. Zérotracas.com de MMA vous explique son fonctionnement.
Deux secondes sont nécessaires pour effectuer un freinage d’urgence. Cela correspond d’ailleurs à la distance de sécurité minimum entre deux véhicules. Mais en cas d’inattention ou de distraction du conducteur, le freinage peut s’avérer tardif. Pour limiter les risques d’accidents dus à un freinage tardif ou insuffisant, certains constructeurs ont développé un freinage autonome d’urgence, l’AEB.

Grâce à des radars et lidars (lasers) associés à la trajectoire et la vitesse du véhicule, l’AEB peut détecter le risque de collision avec une voiture ou un obstacle situé à l’avant (piétons traversant la chaussée,…). Si un risque de collision est repéré, le système alerte le conducteur du véhicule. Dans le cas où le conducteur ne réagirait pas ou si le risque est imminent, le système enclenche automatiquement les freins.

D’autre part, certains systèmes peuvent anticiper le choc potentiel et mettre la voiture en condition en ajustant les ceintures de sécurité par exemple.

Le freinage autonome d’urgence améliore donc la sécurité de deux manières : en évitant la collision ou en réduisant la gravité des accidents lorsqu’ils ne peuvent être évités, en enclenchant un freinage fort avant l’impact. Ainsi, en réduisant de façon importante la vitesse d’impact, les conséquences de l’accident sont moins importantes.

Ce dispositif est donc une avancée importante pour la sécurité routière. Toutefois, n’oublions pas que la vigilance du conducteur est indispensable dans la prévention des accidents.



Sur le même thème
 
Afficher plus d'articles
ZEROTRACAS ALERTE TRAFIC ••• COVID-19 | Le déconfinement en quatre étapes jusqu'au 30 juin, les mesures et les impacts probables sur le trafic routier