La route Zérotracas
20 octobre 2016
voiture 
législation 

Les entreprises bientôt obligées de donner les noms des salariés flashés

Jusqu’à présent, lorsque des salariés se font flasher, les entreprises n'étaient pas obligées de donner les noms et se contentaient de payer les amendes.

Les employés évitaient ainsi le retrait de points, mais la situation devrait évoluer très prochainement, puisqu’un projet de loi qui vise à mettre fin à ces « conducteurs fantômes », a été voté le 12 octobre dernier pour une entrée en vigueur le 1er janvier 2017. Si les employeurs refusent de désigner leurs salariés flashés, ils s’exposeront à une amende de 90 à 1875 euros.

Chaque année, c’est deux millions de points qui devraient être retirés et qui ne le sont pas.

Cette mesure est appréciée diversement par les entreprises. Mais elle permet de responsabiliser certains automobilistes en leur rappelant l’importance du respect du Code de la route. Et ainsi de réduire les risques d’accident.
Sur le même thème
 
Afficher plus d'articles
ZEROTRACAS ALERTE TRAFIC ••• TENDANCE | Les effets du télétravail s'estompe ? 591km au pic du matin ce mardi en France contre 608 en moyenne, 390km le soir contre 607 ••• RISQUE MÉTÉO | Des risques liés aux chaussées glissantes du nord Midi-Pyrénées à la Lorraine-Ardennes via la Bourgogne, Centre et Limousin ••• SOCIAL | Nouvelle journée d'action jeudi de l'Éducation nationale, probable impact sur les niveaux de trafic plus faibles ••• TRAVAUX | Basculement de chaussée sur l'A20 à Brive-la-Gaillarde jusqu'en fin janvier ••• MESURES | Procès des attentats de 2015, mesures sur l'Ile de la Cité à Paris et difficultés aux abords