La route Zérotracas
14 janvier 2022
innovation 
environnement 

Allumer l’éclairage public avec son téléphone

Dès février, un dispositif permettra aux habitants d’Epron de contrôler les lampadaires publics à l’aide d’une application.

Grâce au Syndicat Départemental d’Énergies du Calvados (SDEC), les habitants de cette commune pourront expérimenter l’application « J’allume ma rue » pour allumer l’éclairage public avec leur téléphone à partir de février prochain. Ce dispositif sera mis en place de minuit à 6h du matin par le Syndicat Départemental d’Énergies du Calvados (SDEC) qui finance l’expérimentation.

L’application attribue un numéro d’identification géolocalisé permettant d’éclairer non seulement la rue où la personne se trouve mais tout un secteur comprenant plusieurs rues.

Le réseau d’éclairage de la commune étant contrôlé par 10 armoires électriques, 3 seront utilisées pour l’expérimentation. Tous les lampadaires contrôlés par l’armoire électrique en question s’allumeront lorsqu’un passant activera l’éclairage d’une rue. C’est-à-dire que 20 à 40 lampadaires illumineront les rues pendant 2 à 4 minutes. Ce système est anonyme et entièrement gratuit pour les usagers.

L’application a été créée pour éviter que les lampadaires restent allumés toute la nuit car cela perturbait le bon développement de la biodiversité des lieux. Par ailleurs, cet investissement permettrait environ 35 % d’économies liées à la coupure, soit 6 000 à 10 000 euros d’économies par an.

L’expérimentation, qui doit durer entre 3 et 5 mois, aboutira à une enquête qui sera réalisée auprès de la population. Si le bilan est concluant, le dispositif sera pérennisé et élargi aux 10 armoires électriques de la commune. 

La commune d’Épron est la seule concernée sur les 457 communes que gère le SDEC pour l’éclairage public mais le dispositif pourra s’étendre dans d’autres villes.

Sur le même thème
 
Afficher plus d'articles
ZEROTRACAS ALERTE TRAFIC ••• SHOPPING | Les soldes, difficultés habituelles aux abords des centres commerciaux ••• MESURES | Procès des attentats de 2015, mesures sur l'Ile de la Cité à Paris et difficultés aux abords