La route Zérotracas
16 mai 2022
voiture 
comportement 
pratique 

Que faire si vous êtes témoin d’un accident de la route ?

Vous arrivez en premier sur les lieux d'un accident ou vous en êtes témoin ? Gardez la tête froide et suivez le plan d’action PAS : dans l’ordre Protéger, Alerter, Secourir.

Si un accident vient d'avoir lieu et que les secours ne sont pas encore présents, vous devez absolument vous arrêter et suivre le plan d’action Protéger, Alerter, Secourir.


Protéger

Tout d’abord, vous devez agir pour éviter toute aggravation de l’accident, et prévenir les risques de « sur-accident ».

  • Arrêtez-vous en toute sécurité : dès que l’accident est en vue, allumez vos feux de détresse et ralentissez progressivement. Afin que votre véhicule ne constitue pas un danger et de faciliter l’accès aux secours, arrêtez-vous sur le bas-côté ou la bande d’arrêt d’urgence 100 ou 150 mètres après l'accident, en laissant vos feux de détresse allumés.
  • Protégez-vous : avant de sortir de votre véhicule par la porte opposée à la circulation, revêtez votre gilet de haute visibilité, regardez dans vos rétroviseurs et vérifiez les angles morts. Si vous avez des passagers dans votre véhicule, vous devez également les mettre en sécurité, en les faisant sortir de la voiture (avec gilet) et en les dirigeant derrière la barrière de sécurité ou à bonne distance de la route.
  • Protégez les passagers accidentés : les personnes accidentées non blessées doivent être mises à l’abri en dehors des voies de circulation. Les blessés ne doivent eux pas être déplacés, sauf en cas de danger imminent (incendie, risque d’électrocution, etc.).
  • Signalez : placez un triangle de pré-signalisation à environ 30 mètres en amont de l’accident si cela peut être fait sans vous mettre en danger. Ce triangle doit être visible à 100 m afin de laisser le temps aux autres automobilistes de ralentir. Si la chaussée est à double sens sans terre-plein central, il est fortement conseillé de banaliser dans les deux sens de circulation.
  • Protégez les lieux : Si possible, et sans vous mettre en danger, assurez-vous que le contact du véhicule accidenté est coupé. Éventuellement, actionnez le frein à main et allumez les feux de détresse.
    La nuit, si la zone n’est pas éclairée, servez-vous des feux de votre véhicule pour éclairer la zone accidentée : garez-vous sur l’accotement opposé à l’accident, de façon perpendiculaire à la route pour ne pas aveugler les autres usagers de la route.


Alerter

Dans un second temps, vous devez alerter les secours le plus rapidement possible. Utilisez en priorité les postes d’appel d’urgence qui faciliteront votre localisation et réduiront le temps de réaction des secours. Si vous êtes sur autoroute, vous pouvez utiliser l’application de la société d’autoroute sur laquelle vous vous trouvez.

A défaut, appelez l'un des numéros suivants :

  • 18 (pompiers),
  • 15 (Samu),
  • 17 (police / gendarmerie)
  • 112 (service d'urgence européen).

 

Préparez-vous à donner le maximum d'informations sur les victimes (nombre, état de conscience etc.), l’accident (nombre, type de véhicule impliqué, nature de l’accident etc.) et les risques d’aggravation (risque d’incendie, matières dangereuses, etc.) afin de permettre aux secours d’effectuer un pré-diagnostic.

Secourir

Après avoir sécurisé les lieux et prévenu les secours, vous devez assister la ou les victimes avant leur prise en charge par les secouristes :

  • Communiquez avec la victime et rassurez-la afin de maintenir son niveau de conscience ;
  • Incitez-la à rester immobile afin de ne pas aggraver ses éventuelles blessures,
  • Couvrez-la pour qu’elle n’ait pas froid et desserrez éventuellement ses vêtements pour lui permettre de mieux respirer ;
  • En cas de saignement abondant, comprimez la plaie avec une serviette ou votre poing ;
  • Si la victime est en arrêt cardiaque, utilisez un défibrillateur (s’il y en a un) en suivant les recommandations données par la machine ;
  • Si vous avez reçu une formation aux premiers secours, vous pouvez également allonger une victime inconsciente en position latérale de sécurité, faire du bouche-à-bouche à une victime en arrêt respiratoire, ou pratiquer un massage cardiaque en l’absence de défibrillateur.

Gardez bien en tête qu’il ne faut jamais :

  • donner à boire à un blessé,
  • retirer le casque d’un motard (vous pouvez néanmoins lever sa visière),
  • bouger ou transporter un blessé, hormis dans le cas où il se trouve en danger certain et avéré comme un incendie, un risque de noyade etc.
Sur le même thème
 
Afficher plus d'articles
ZEROTRACAS ALERTE TRAFIC ••• CINÉMA | Festival de Cannes, restrictions de circulation, difficultés sur A8, Cannes et secteur Croisette ••• MESURES | Procès des attentats de 2015, mesures sur l'Ile de la Cité à Paris et difficultés aux abords