La route Zérotracas
12 mai 2023
voiture 
santé 
sécurité routière 

Un test sanguin pour mesurer la fatigue au volant ?

Des scientifiques australiens travaillent sur un test sanguin pour détecter la fatigue des conducteurs.

Leurs recherches, financés par la Sécurité routière australienne, permettraient en cas d'accident, d'établir avec précision si le manque de sommeil du conducteur est en cause. La somnolence pourrait ainsi être considérée comme une circonstance aggravante, au même titre que le taux d'alcoolémie.

En étudiant 5 biomarqueurs présents dans le sang, les chercheurs de l'Université Monash à Melbourne peuvent détecter si une personne est restée éveillée durant 24 heures ou plus. Ce dispositif a été testé sur 61 participants volontaires. Selon les premiers résultats, il serait capable de détecter avec une précision d'environ 90 % si une personne a dormi suffisamment ou non. Les scientifiques poursuivent leurs recherches afin de pouvoir déterminer précisément combien d’heures un conducteur a dormi avant de prendre le volant.

Un détecteur rapide de manque de sommeil pourrait être opérationnel dans les 2 prochaines années. Les législateurs de chaque pays pourraient ainsi fixer un seuil à partir duquel un conducteur serait considéré comme fatigué et donc verbalisable. 

Les chercheurs recommandent un minimum de 5 heures de sommeil pour garantir une conduite sûre : en effet, selon eux, conduire avec moins de 5 heures de sommeil serait aussi dangereux que conduire en état d'ébriété et multiplierait par 2 le risque d’accident. En France, la fatigue serait en cause dans 20 % des accidents sur les autoroutes.

Sur le même thème
 
Afficher plus d'articles
ZEROTRACAS ALERTE TRAFIC ••• ORAGES | Des orages violents du nord-est ce lundi dès le milieu d'après-midi, 22 départements en vigilance orange ••• RISQUE INCENDIES | Risque feux de forêt modéré du Gard à la PACA (hors Alpes-Maritimes), Drôme et Corse, 8 départements en risque modéré ••• JO 2024 | Nouvelles mesures dans Paris pour les infrastructures des Jeux Olympiques avec neutralisations d'axes majeurs